Culture de la tomate sous serre

En France, 90 % des tomates sont cultivées sous serre. Et pour cause, cette plante de la famille des solanacées à vue le jour sous le climat tropical de l’Amérique latine, une température adaptée est donc l’un des facteurs les plus importants pour la culture de la tomate. Quand, comment et pourquoi cultiver ses tomates sous serre ? Découvrez les réponses dans cet article.

Utilisée depuis des siècles, la serriculture reste la meilleure alternative pour préserver à moindres frais les pieds de tomates des agressions extérieures (le climat et les nuisibles) et obtenir des conditions optimales pour cultiver les tomates sur un cycle plus long.

Pourquoi cultiver ses tomates sous serre ?

La fonction première d’une serre à tomates est de créer un microclimat réunissant les principaux facteurs favorisant le développement des plants de tomates, à savoir, la température, la lumière et l’humidité.

La température.

La tomate réagit aux variations de température durant son cycle de croissance. Sensible aux aléas climatiques de nos régions., la tomate craint le gel, la grêle et la pluie. La serre permet de maintenir des températures idéales (entre 18 et 25°), pour une croissance régulière de ses plants.

La lumière.

La serre tomate va agir sur le phénomène de photosynthèse en laissant passer la lumière naturelle qui est un facteur primordial pour un équilibre végétatif (tige, feuille, racine) et génératif (fleurs, fruits) de la plante.

L’humidité.

Pour un fruit de bonne qualité, la serre a tomate est idéale pour maîtriser l’hygrométrie, et protéger les tomates de l’humidité,.

En recréant des conditions climatiques maîtrisables et favorables aux exigences de la tomate, la serriculture permet de débuter les semis plus tôt dans la saison et de récolter des légumes frais tout au long de l’année.

Quand cultiver ses tomates sous serre ?

En serre chauffée, avec une température requise entre 18 et 20°, le semis peut être effectué de mi-février à la mi-mars.

Pour la plantation en pleine terre, il est conseillé d’attendre la mi-mai (fin des saints de glace). La culture sous serre quant à elle, permet d’avancer la plantation de 15 jours à un mois et peut être réalisée dès le mois d’avril.

Comment cultiver ses tomates sous serre ?

Préparer la terre

Le plant de tomates requiert un terrain plutôt humide et riche en matières organiques qu’il est possible de compenser avec des apports nutritifs extérieurs (compost, terreau, paillage).

Planter 

Les trous de plantation doivent bénéficier d’un espacement suffisant (environ 50 cm) pour optimiser leur espace vital d’une part et éviter la propagation des maladies d’autre part.

Arroser les plants pour que la motte soit bien imbibée et les déposer dans chaque trou en prenant soin d’enterrer la tige sur quelques centimètres pour favoriser les racines.

Après le tuteurage, il est recommandé de pailler le plant de tomates pour réduire les apports en eau. Installé aux pieds des plants, le paillage permet d’en préserver l’humidité.

Tuteurer

Bien que cette action soit optionnelle, la conduite des plants de tomates sur des tuteurs présente l’avantage de maîtriser la croissance du plant en hauteur, ce qui préserve une bonne aération de l’espace cultivé, limite l’apparition de certains champignons (mildiou ou autres maladies cryptogamiques) et facilite la récolte.

Il existe plusieurs déclinaisons de modèles et de matériaux pour le tuteur tomate. Toutefois, les tuteurs doivent offrir assez de résistance aux poids des tomates et à l’humidité.

 Les tuteurs en bois.

Certaines essences de bois naturellement riches en tanins, offrent une bonne résistance aux champignons. Cet accessoire demande cependant un entretien pour prolonger sa durée de vie.

Les tuteurs en acier galvanisé.

Un matériau pérenne, l’acier galvanisé offre une bonne résistance aux intempéries, il ne rouille pas et limite les attaques des champignons. Pratique, la forme en spirale guide naturellement la croissance du plant et ne nécessite pas d’attache tuteur tomate.

Tailler

La taille n’est pas obligatoire, son intérêt premier étant à minima d’optimiser l’espace vital des plants de tomates et d’accroître le calibre des fruits.

Supprimer régulièrement les gourmands (les nouvelles pousses à l’aisselle des feuilles) pour ne conserver que la tige principale, couper les feuilles en contact avec le sol et contrôler leur expansion facilitera la circulation de l’air et de la lumière, limitant le risque d’attaques des champignons.

Arroser

Un sol préalablement paillé limitera les fréquences d’arrosage, néanmoins, la tomate nécessite un arrosage régulier pour endiguer les signes de déshydratation et notamment durant les périodes de forte chaleur.

Humidifier uniquement le pied du plant en veillant à ne pas mouiller le feuillage (propice à l’apparition du mildiou).

Risques de la culture de tomates sous serre

Une serre en bonne santé réclame une attention particulière du jardinier et la maîtrise de certains paramètres pour être gratifié d’une récolte abondante et de qualité.

Recycler l’air de la serre avec une aération régulière, voire quotidienne, contrôle la température et évite un effet de serre, rédhibitoire pour les plants, particulièrement à l’arrivée des beaux jours.

Un espace confiné est propice aux variations du taux d’humidité et à l’apparition des champignons pathogènes qui affectionnent les températures élevées et une forte hygrométrie.

La serre à tomates, une aubaine pour le jardinier

Pour le jardinier amateur ou averti, la culture sous serre reste la meilleure alternative à la culture traditionnelle et particulièrement pour les tomates qui sont exigeantes par nature. La serriculture crée un milieu semi-artificiel idéal réunissant tous les paramètres du climat d’origine de la tomate, gage d’un rendement qualitatif et une prolongation de la production.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *